Sophie DESSERTINE Biographe familiale & Sophrologue (certifiée RNCP)

   Mon parcours sophrologique

   Dans un premier temps, j'ai rencontré la sophrologie à titre personnel pour des problèmes de sommeil puis d'acouphènes. Et non seulement la sophrologie s'est avérée particulièrement efficace pour surmonter ces difficultés, mais en plus, j'ai tout de suite adhéré à la philosophie qui la sous-tend et à la façon dont elle envisage l'être humain. Ainsi, après avoir laissé mûrir quelques temps mon projet, ai-je décidé de me lancer sur cette voie dont certains aspects m'étaient déjà familiers en tant que biographe (écoute attentive de la personne, respect de son histoire, mise en valeur de ses singularités). Je me suis alors formée à l'Institut de Catherine Aliotta (Institut de Formation à la Sophrologie à Paris), où j'ai suivi un premier cursus dit de Formation initiale avant de poursuivre avec deux sessions de spécialisation (accompagnement des personnes souffrant d'un cancer ; accompagnement des enfants). J'ai, depuis, obtenu ma certification RNCP et n'ai cessé de me former en approfondissant de nombreuses autres thématiques, comme la gestion du poids, les acouphènes, les problématiques adolescentes, la douleur, etc.

   La sophrologie est une méthode thérapeutique mise au point par Alfonso Caycedo, neuropsychiatre espagnol confronté à la pauvreté et au manque d'efficacité des traitements hospitaliers proposés dans les années 1960. C'est une méthode dite psycho-corporelle. C'est-à-dire qu'elle travaille à la fois sur le corps et l'esprit et donc sur le dialogue que ces deux entités entretiennent de façon permanente. Ainsi le corps et l'esprit redeviennent-ils deux dimensions d'une même réalité existentielle, aptes à se renforcer, s'apaiser l'une l'autre. 

   A la source de la sophrologie, plusieurs autres démarches, thérapeutiques ou philosophiques : l'hypnose ; le yoga, le bouddhisme tibétain et le zen japonais ; le courant des thérapies brèves américaines et notamment les travaux de Milton Erickson qui partent du postulat que le patient est déjà pourvu de ce qu'il lui faut pour se rétablir et qu'il sait mieux que le thérapeute ce qui lui est nécessaire ; les méthodes de relaxation de Jacobson et de Schultz ; la phénoménologie existentielle (Husserl, Heidegger et Hegel entre autres) dont Caycedo retient l'idée d'aborder le monde et soi-même comme des phénomènes à redécouvrir au-delà des filtres éducationnels et socio-culturels qui réduisent le champ de vision. 

   A l'arrivée, une "science de l'harmonie de la conscience" (sens étymologique du terme sophrologie). Avec pour principes fondamentaux : l'idée que l'être humain possède en lui les capacités de son mieux-être, qu'il est capable d'identifier son état interne, de lister ses besoins du moment et de mobiliser les ressources nécessaires à l'amélioration de sa qualité de vie, que le thérapeute n'est donc là que pour le guider vers ses propres prises de conscience. Dans cet objectif, le sophrologue propose de nombreux outils qui s'appuient sur la respiration contrôlée, la détente musculaire et la visualisation mentale, outils qui, une fois intégrés à la vie quotidienne, vont permettre à chacun d'accéder à une démarche autonome et donc de ne plus avoir besoin... du sophrologue. 

   Ainsi la sophrologie s'adresse à tous, hommes, femmes, enfants, adolescents, personnes âgées, sportifs, artistes, actifs, retraités, étudiants... avec des thématiques aussi variées que :

  • pour les enfants, l'amélioration de la psychomotricité, du sommeil, de l'autonomie, des capacités d'apprentissage, de concentration, de mémorisation, de détente ; l'adaptation au changement ; la gestion des émotions, de l'agitation, de la timidité, des peurs ; la préparation aux évaluations scolaires... 
  • pour les adolescents, la gestion des troubles du sommeil, de l'humeur, de l'anxiété ; la préparation aux examens ; la lutte contre les complexes, la phobie, les conduites addictives, la maladie ; l'amélioration de l'image de soi, de la confiance en soi...
  • pour les adultes, la stimulation de la vitalité, de la créativité, de l'aptitude à se détendre, à prendre du recul et à lâcher prise, à être ancré dans l'instant présent ; l'amélioration de la respiration, des capacités cognitives, des capacités artistiques, sportives ; le renforcement de la confiance en soi, de l'estime de soi ; la préparation mentale ; l'accompagnement au sevrage tabagique, aux changements de vie ; l'habituation aux acouphènes ; la gestion du temps, du stress, des émotions, des comportements alimentaires, de la douleur, de la phobie, de la pulsion ; la lutte contre la maladie ; la prévention du burn-out...

   La sophrologie réhabilite le corps en tant que lieu de vie et de prises de conscience, apprend ou réapprend à poser sur soi-même un regard bienveillant, dénué de jugement, à observer la réalité avec un regard neuf, comme si c'était la première fois, et à accueillir ce qui vient, ce qui traverse, ce qui peut-être parfois dérange, mais aussi ce qui rend heureux, ce qui est le plus important, à découvrir ou redécouvrir la force de son mental, si besoin à se réconcilier avec soi-même, à voir ou mieux voir la présence de l'ensemble de ses richesses intérieures pour ainsi les mobiliser davantage et les renforcer.

   C'est un vaste programme me direz-vous... 

   Je vous répondrai : c'est un beau programme...